left-arrow right-arrow squares


Directrice artistique mélomane, rêveuse, développeuse, débutante en Arduino, optimiste...

Muriel Colagrande est formée aux arts appliqués à La Martinière, à Lyon. Elle se passionne pour le design d’interaction et apprend à programmer. Pendant plusieurs années elle crée des sites internet et designe des applications mobiles, puis se consacre ensuite à la direction artistique de projets innovants au sein de plusieurs startup. La découverte de l’électronique programmable en 2016 lui ouvre un nouveau champ, avec l’envie de créer des expériences interactives tangibles, à partager au-delà de l’écran.
Le travail de Muriel questionne les liens entre êtres humains et nouvelles technologies. Elle aime créer la surprise avec des dispositifs qui semblent au premier abord anodins : un jeu, un jouet, un meuble. Sous l’action de l’utilisateur ou du visiteur, le dispositif révèle ses intentions cachées. L’installation Jumeau Numérique nous interpelle sur nos rapports aux réseaux sociaux grâce à la mise en scène d’un terrible double, symbolisant la hantise de nos archives numérique. Allô, Albert ?, questionne les intelligences artificielles, le rapport entre ce qui est exécuté par la machine et par l’artisan, associant les process de modélisation et d’impression 3D/PLA avec le travail de la terre et des émaux.

Muriel pense que les nouvelles technologies doivent servir à valoriser l’humain dans ce qui fait ses forces, et pose la sensorialité et l’intuition comme des bases solides pour cette ère à venir, partagée avec les intelligences artificielles.
_ _

Muriel fonde Ovaom en décembre 2017. Le premier dispositif qui y est développé, la Jungle Box, est un kit d'objets électronique qui permet aux enfants de développer leur écoute, en classe, dès leur plus jeune âge, par le sens du toucher. Par l’écoute, la manipulation et la production de matière musicale, l’attention est sollicitée, faisant ainsi de ces instruments des outils de médiation sensorielle et de psychomotricité. Les nouvelles technologies permettent ainsi la pratique autonome et intensive de la musique, ouvrant la voie à de de nouvelles perspectives pour son utilisation dans l’apprentissage des langues ou de la lecture. Peut-être que la musique pourrait acquérir une place fondamentale au sein de l’enseignement à l'école ?